Aperçu du marché : Goût plus marqué des raffineries du pays pour le pétrole brut canadien

Date de diffusion : 2015-03-19

Selon l’endroit où elles se trouvent, les raffineries canadiennes s’approvisionnent en pétrole brut produit au pays ou à l’étranger. Ces dernières années, certaines d’entre elles ont délaisse les importations d’outre-mer au profit du pétrole produit dans l’Ouest canadien et aux États-Unis.

Selon Statistique Canada, pendant les onze premiers mois de 2014 comparativement à la même période de 2013, les raffineries du pays ont augmenté leur consommation de pétrole brut canadien de 10 % alors que les importations ont reculé de 15 %. Même si leur capacité de raffinage nette pendant cette période a régressé de 7 %, la quantité totale de pétrole brut raffiné n’a pratiquement pas changé à 1,7 million de barils par jour. Au chapitre des importations, la part du pétrole brut américain est passée de 20 % en 2013 à plus de 50 % en 2014.

Depuis quelques années, les raffineurs sont davantage attirés par le pétrole brut produit en Amérique du Nord compte tenu des prix plus faibles par rapport à celui produit outre mer. Pour d’autres détails au sujet des nouvelles sources d’approvisionnement en pétrole brut importé au Canada, le lecteur est prié de consulter l'Aperçu de marché de novembre 2014.

Source et description de la figure

Source : Statistique Canada

Description : Ce graphique à barres illustre les arrivages de pétrole brut, produit au pays et à l’étranger, aux raffineries canadiennes. Ils ont été relativement stables de 2010 à 2012, avant une diminution moyenne de 14 % par année en 2013 et 2014. Toujours de 2010 à 2012, le pétrole brut d’origine canadienne est lui aussi assez stable, se situant autour de 1,0 million de barils par jours, mais cette quantité passe à presque 1,2 million de barils par jour en 2014.

Puisque les raffineries de l’Ouest canadien s’approvisionnent surtout en pétrole brut produit au pays, c’est dans l’Est du Canada que le mouvement des importations a été perceptible. En Ontario, au début de 2014, le pétrole de l’Ouest canadien transporté par pipeline a complètement évincé les importations.

En l’absence de pipelines acheminant du pétrole de l’Ouest canadien jusqu’aux provinces de l’Atlantique et au Québec, les importations y sont encore importantes. Toutefois, l’aménagement d’installations de déchargement de wagons de chemin de fer dans les raffineries de l’Est du Canada, ainsi que la possibilité de nouveaux projets pipeliniers, pourraient permettre d’augmenter la part de produits canadiens qui y sont raffinés.

Vers la fin de 2012, des quantités considérables de pétrole brut de l’Ouest canadien ont commencé à arriver au Québec, déplaçant du coup des importations d’outre-mer et de pétrole brut provenant de l’Est du pays. La mise en service du projet d’inversion du sens de l’écoulement de la canalisation 9 d’Enbridge, de Sarnia, en Ontario, jusqu’à Montréal, permettrait des livraisons par pipeline de pétrole brut de l’Ouest canadien jusqu’au Québec.

Dans les provinces de l’Atlantique, la part respective de pétrole brut produit au pays et à l’étranger n’a pas changé de façon significative. Cependant, en 2013 et en 2014, les raffineries de cette région ont utilisé plus de pétrole brut de l’Ouest canadien, celui produit dans l’Est du Canada étant expédié vers d’autres marchés.

 

Date de modification :