Fiche de renseignements - Avenir énergétique du Canada en 2016 - Offre et demande énergétiques à l’horizon 2040 - Points saillants sur les scénarios de sensibilité du GNL

Avenir énergétique du Canada en 2016 - Avenir énergétique du Canada : projections de l’offre et de la demande énergétiques jusqu’en 2040 propose un regard sur l’offre et la demande énergétiques au Canada jusqu’en 2040. Avenir énergétique du Canada en 2016 comprend un scénario de référence, soit des projections de base fondées sur les perspectives macroéconomiques actuelles, des prévisions sur les prix de l’énergie, ainsi que les politiques et programmes gouvernementaux en vigueur ou sur le point de l’être au moment où le rapport a été produit. Le rapport AE 2016 inclut des projections supplémentaires qui modifient les hypothèses sur les prix de l’énergie, les marchés et l’infrastructure. Pour obtenir de plus amples renseignements sur les exportations de gaz naturel liquéfié, veuillez consulter le chapitre 11 du rapport.

Le volume des exportations de gaz naturel liquéfié joue un rôle important dans la croissance de la production canadienne de gaz naturel.

  • Les incertitudes entourant les exportations canadiennes de GNL nous ont incités à inclure dans le rapport AE 2016 des scénarios qui explorent des répercussions d’exportations élevées et d’exportations nulles de GNL depuis la côte de la Colombie-Britannique. Deux scénarios de sensibilité ont été envisagés : GNL élevé et GNL zéro.
  • Dans ces scénarios, on fait varier les volumes présumés des exportations de GNL du scénario de référence pour observer les effets sur la filière énergétique canadienne. Le scénario de référence suppose que les exportations de GNL depuis la côte de la Colombie-Britannique commencent en 2019 et augmentent de 14 Mm³/j (0,5 Gpi³/j) par année jusqu’à ce qu’ils atteignent 71 Mm³/j (2,5 Gpi³/j) vers 2023. Dans le scénario de GNL élevé, les exportations de GNL augmentent plus rapidement que dans le scénario de référence et totalisent 113 Mm³/j (4,0 Gpi³/j) en 2022, puis elles augmentent lentement jusqu’à 170 Mm³/j (6,0 Gpi³/j) en 2030. Dans le scénario de GNL zéro, on suppose qu’il n’y aura aucune exportation de GNL durant la période de projection.
  • Les volumes d’exportations de GNL sont des hypothèses et ne reflètent aucunement le point de vue de l’Office en ce qui a trait aux futures exportations de GNL. Ces hypothèses permettent une analyse d’autres résultats clés (production de gaz naturel, demande d’énergie et projections macroéconomiques).

La production de gaz naturel dans le scénario de GNL élevé est de 40 % supérieure à celle du scénario de GNL zéro en 2040.

  • Modifier les volumes présumés d’exportations de GNL a des répercussions considérables sur les projections relatives à la production de gaz naturel. Comme l’indique la figure, la production de gaz naturel du scénario de référence s’élève à 506 Mm³/j (18 Gpi³/j) en 2040, à 614 Mm³/j (22 Gpi³/j) dans le scénario de GNL élevé, et à 437 Mm³/j (15 Gpi³/j) dans le scénario de GNL zéro.

Production totale de gaz naturel - Scénarios de référence, de GNL élevé et de GNL zéro

Production totale de gaz naturel - Scénarios de référence, de GNL élevé et de GNL zéro
  • Les réserves des promoteurs de GNL se trouvent en grande partie dans les régions de formations schisteuses et de réservoirs étanches émergents, dont bon nombre sont en Colombie-Britannique. Plusieurs projets prévoient obtenir la charge d’alimentation en gaz naturel dans la formation de Montney, qui est située principalement dans le nord-est de la Colombie-Britannique et s’étend jusqu’en Alberta. Une étude récente a révélé que le potentiel ultime commercialisable du gaz naturel de la formation de Montney s’élève à 12 719 Gm³ (449 Tpi³).

 

Date de modification :